A480 – Le rapport à deux balles des trois enquêteurs

S’il fallait attribuer le prix du bonnet d’âne, le prix devrait être attribué aux rapporteurs de la commission d’enquête sur le volet environnemental du projet de réaménagement de l’A480 et du Rondeau. Ce rapport est tellement grossier sur des aspects environnementaux qu’il vient d’être épinglé à juste raison par la mairie de Grenoble.

Pollution :

Le rapport prétend que la baisse des concentrations des principaux polluants résultera « essentiellement de l’amélioration  des caractéristiques du parc routier … à l’horizon 2020 » dans un contexte de stabilité du trafic. Or il serait tout à fait étonnant que le trafic ne suive pas la tendance actuelle de fortes augmentations constatées sur l’A48 et l’A49 de 50 % en 15 ans et de 30 % sur les autres autoroutes.

Rappelons que tous les exemples d’élargissement de voies d’accès aux métropoles conduisent inexorablement et rapidement à une nouvelle saturation du trafic. Le doublement de l’A9 à Montpellier n’a apporté aucune amélioration à l’engorgement de la ville et constitue un cas exemplaire.

« Au niveau de l’agglomération grenobloise, même si la pollution suscite des inquiétudes, le bilan fourni par ATMO Auvergne-Rhône-Alpes permet de relativiser ce constat qui se veut inutilement alarmant. »

Là on croit rêver ! Il est inutile de s’alarmer alors que la pollution flottant au-dessus de  l’agglomération, est responsable de plus de cent décès prématurés par an. Z’ont une curieuse capacité d’appréciation ces enquêteurs ! Comme si la pollution aux abords des axes routiers n’atteignait pas en permanence des seuils nuisibles à la santé.

Concernant le contentieux avec l’Europe relatif aux zones dépassant les normes européennes en matière de pollution, dont Grenoble, « Notre gouvernement est parfaitement informé » mais « il demande à l’administration … d’appliquer ses directives. » Il y a un problème reconnaissent nos fins limiers mais il faut s’incliner devant les directives de l’État. Ne savent-ils pas que le ministre de l’Écologie a démissionné en raison de l’absence d’une vraie politique environnementale menée par ce gouvernement ?

Climat

Pour les commissaires enquêteurs

la COP21 a montré son échec, les principales puissances planétaires (États-Unis, Russie, Inde et surtout Chine), n’ayant pas répondu favorablement à l’accord souhaité.

Aujourd’hui, on constate que certains voisins européens augmentent leur production de  CO2 et de GES (Allemagne, … la Pologne, …)

L’impact reste local et n’a aucune incidence au niveau de notre pays et encore moins de la planète.

Ceci ne veut pas dire que l’on ne doit rien faire contre la pollution et pour l’environnement.

Donc puisque certains pays ne font pas leur part, pourquoi ne pas s’autoriser un « impact local » puisqu’il y a pire ailleurs ?

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Le plus beau concerne le couplet sur les conclusions du GIEC, le Groupe intergouvernemental de scientifiques sur le réchauffement climatique.

La commission d’enquête est composée de personnes indépendantes, objectives, neutres et impartiales… Ils ne prennent pas nécessairement une information pour bonne, sans avoir au préalable entendu les autres versions du sujet… Ils sont tenus d’avoir un « sens critique éclairé ».

Par exemple, les conclusions du GIEC sont actuellement contredites par un certain nombre de scientifiques. Qui croire alors ?

Ce raisonnement des commissaires enquêteurs a de quoi laisser pantois. Comment peut-on en 2018 mettre en doute le travail persévérant des meilleurs spécialistes mondiaux du climat et accorder du crédit à quelques farfelus soutenus par les Trump, Bolsonaro and Co. Est-il nécessaire de rappeler à nos enquêteurs « objectifs et impartiaux » que la Terre est ronde et tourne autour du Soleil, que le climat se réchauffe, que le niveau des mers monte, que les glaciers reculent et que les phénomènes météo sont de plus en plus violents. En clair, ça craint !

Pour les plus curieux le rapport est ici (l’article se réfère aux pages 76, 77, 97 et 98)

Dans la presse locale :

L’article de Place Gre’Net

L’article du Dauphiné Libéré

Voir aussi les articles :

Réponse concernant l’avis d’enquête publique unique préalable à la déclaration d’utilité publique de l’aménagement de l’A480 et de l’échangeur du Rondeau dans la traversée de Grenoble

A480 : Réunion publique Mercredi 7 mars 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *