Lettre d’information no9 – Novembre 2015

Pour télécharger l’article au format pdf cliquez ici

Gratuit ? C’est oui !

Collectif pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise

Lettre d’information no9

Novembre 2015

Photo première page

SOMMAIRE

  • Réaménagement de l’échangeur du Rondeau : Est-ce la solution ?
  • Saint Égrève : un nouveau collectif
  • Mobilité et qualité de l’air
  • Environnement : une ONG dénonce les tests des constructeurs automobiles
  • Grenoble marche pour le climat
  • À Niort les bus seront gratuits
  • Informations pratiques

Réaménagement de l’échangeur du Rondeau : Est-ce la solution ?

Rondeau

La Métropole a décidé récemment d’un réaménagement du Rondeau. Les travaux débuteront dans cinq ans pour un budget de 60 millions d’euros.
La conception de cet échangeur a montré en effet ses limites dès sa mise en service : bouchons interminables aux heures
de pointe et pollution considérable dans le Sud grenoblois.

Mais est-ce bien ici la principale source des problèmes de circulation dans l’agglomération ? Certes il y passe 95 000 véhicules quotidiennement mais
ce n’est qu’une partie des 350 000 véhicules qui franchissent les limites du cœur de l’agglomération. D’autre part faut-il continuer à « recalibrer »
les infrastructures routières pour les adapter au trafic croissant ou alors agir pour que ce trafic diminue, notamment lors des  déplacements domicile-travail ?
Une fois le nouvel échangeur terminé, ne va-t-il pas falloir ensuite dans cette même logique « recalibrer » aussi l’A480 en la passant de deux à trois voies ?
Sachant selon une loi « universelle », que tout aménagement ou contournement mène inévitablement à une saturation à plus ou moins long terme.

À l’heure des budgets contraints et des baisses de dotation de l’État ne faudrait-il pas continuer prioritairement le développement des transports en commun sur
l’ensemble de la Métropole et en particulier en dehors du cœur d’agglomération, notamment au Sud grenoblois, tout en instaurant la gratuité pour les rendre plus attractifs ?

Saint Égrève : un nouveau collectif est né

texte alternatif

Lundi 16 novembre, s’est tenue la réunion de constitution du collectif local de Saint-Égrève
Au préalable, les participants se sont largement exprimés sur le principe de la gratuité comme outil au service de la population
mais aussi comme levier de développement des transports en commun dans le but de limiter la pollution dans l’agglomération ou les émissions responsables
des changements climatiques.
Le nouveau collectif entend également avoir une réflexion sur la qualité des dessertes (itinéraires et horaires) des transports
en commun afin qu’ils répondent aux besoins des habitants.
Les participants ont décidé de créer une association mais ausssi d’organiser une première initiative en janvier prochain.

Mobilité et qualité de l’air

Pastilles

La Métropole a finalement reconnu que les mesures prévues pour éviter les pics de pollution étaient inopérantes et entend s’attaquer plus
en amont à leur prévention. D’après la Métro l’origine des particules fines (PM10) serait due pour 43 % au chauffage au bois, pour 26 % aux
transports et pour 23 % à l’industrie. Une source donne une autre répartition :
37% pour le transport et l’industrie et 21 % pour le chauffage au bois. Cette même source indique que les transports sont responsables pour
les deux tiers des émissions de dioxyde d’azote, le document de la Métro ne le mentionne pas.

Et c’est là qu’interviennent les pastilles de couleur ! Les propriétaires des véhicules les plus polluants seront invités à prendre un autre moyen
de transport pour aller travailler. C’est donc les personnes les moins aisées qui sont visées car elles possèdent les véhicules les plus anciens.

Le dispositif prévu pour 2016 n’est pas encore finalisé mais on parle de gratuité des TC et de
réduction de vitesse, un à deux jours avant le pic de pollution. Encore une fois ce sont les plus démunis qui devront faire les efforts. De plus
l’efficacité d’un tel dispositif nous laisse sceptiques car ce qu’il faut viser ce n’est pas une réduction de trafic ponctuellement les jours les
plus pollués mais bien toute l’année.

De plus, le scandale Volkswagen a révélé que les constructeurs n’hésitaient pas à tricher pour tromper les consommateurs et les autorités, s
ur quelles bases le gouvernement va-t-il distribuer ces pastilles ?

Environnement : une ONG dénonce les tests des constructeurs automobiles

mind the gap

Un rapport
de l’ONG Transport & Environment du 28 septembre révèle que la consommation des voitures, et donc leur pollution, a beaucoup moins diminué que ce qu’annoncent
les constructeurs. L’écart entre le résultat des tests et la performance réelle était de 8 % en 2001, et a augmenté pour atteindre 31 % en 2012, 40 % en 2014.

Pendant ce temps que font les États ?
À la Commission Européenne on cède discrètement aux lobbies. Après les révélations sur la fraude de Volkswagen, les États membres de l’Union
se sont entendus pour alléger certaines des contraintes qui encadreront, jusqu’en 2020, les tests antipollution pour les voitures. Les constructeurs
automobiles se sont vu octroyer des marges de tolérance particulièrement généreuses, qui leur permettront de dépasser allègrement le seuil : de 110 %
jusqu’en 2019 pour les nouveaux véhicules, puis encore de 50 % à partir de 2020. Bonjour la baisse des émissions de CO2 et autres polluants !

ATTENTION ÉTAT D’URGENCE : Sous réserve d’autorisation

Manif Grenoble

La France accueillera la Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP21) à Paris du 30 novembre au 12 décembre 2015.

C’est la 21ème conférence sur le sujet, mais le défi climatique n’est toujours pas pris au sérieux par les gouvernements et les institutions internationales.
Pourtant, les États ont les moyens de contraindre les multinationales, principales responsables des émissions de gaz à effet de serre, mais ils s’y refusent.

Nous sommes toutes et tous concernés et déjà affectés par les effets du réchauffement climatique. Les solutions existent. Il faut repenser nos modèles de
production et de consommation afin qu’ils bénéficient au plus grand nombre, dans le présent et pour le futur.

Les 28 et 29 novembre il y aura des manifestations à Paris, dans une trentaine de grandes villes de France et dans les grandes capitales du monde.
Il faut une mobilisation massive pour amener les responsables politiques à prendre de vraies décisions pour de vrais changements.

Le collectif sera présent dimanche 29 novembre

à la manifestation grenobloise.

Les enjeux environnementaux font partie des urgences défendues par le collectif au même titre que les enjeux sociaux et sanitaires.
Nous ne pouvons pas tout attendre des décisions prises au sommet, c’est pourquoi nous demandons aux élus locaux de mettre en place des politiques
favorables à la préservation de l’environnement et de la santé tout en assurant le droit au déplacement de la population.

Nous y serons avec notre banderole et nous vous invitons à nous rejoindre.

banderole

Encore une agglomération qui instaure la gratuité des transports publics !

À Niort les bus seront gratuits en 2017

Bus à Noirt

Après l’annonce récente par la ville de Dunkerque, c’est au tour de l’agglomération du Niortais d’adopter le principe de la gratuité des transports
en commun à partir de 2017.

Communiqué de la ville de Niort :

« Instituer la mobilité pour tous, favoriser le libre accès au transport collectif, permettre un gain immédiat de pouvoir d’achat pour les ménages et accroître
l’autonomie des jeunes sont les premiers grands objectifs de cette mesure qui se veut avant tout sociale. Facilitant les déplacements domicile-travail, cette mesure
permettra aussi un accès plus aisé à l’emploi sur l’ensemble du territoire.
Les objectifs de la gratuité sont aussi environnementaux et permettront de réduire le trafic automobile et de lutter contre la pollution. La CAN veut ainsi encourager
la fréquentation des transports en commun et promouvoir également des moyens de déplacement alternatifs comme le vélo, l’auto-partage ou le covoiturage.
Votée à titre expérimental, le Niortais sera la plus grande agglomération de France à avoir mis en place cette gratuité. »

À noter que la justification de la ville de Niort rejoint pleinement notre argumentation : la gratuité est une mesure sociale, environnementale et sanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *