Débat avec Paul Ariès le 5 Novembre à Saint-Martin d’Hères

 

Logo collectif

 

LA GRATUITÉ UNE IDÉE D’AVENIR

Jeudi 5 novembre à 19H
Débat à Saint-Martin d’Hères
avec Paul Ariès
Salle Fernand Texier

Paul Ariès

Paul Ariès, enseignant chercheur, militant lyonnais, dirige l’OIG, l’Observatoire Internationale de la Gratuité des services publics et des biens communs.
Il oppose à la figure du consommateur celle de «l’usager maître de ses usages» et du citoyen ; campagne relayée par des réseaux en France et à l’étranger notamment par Podemos.
Avec lui, faire de la politique du point de vue des intérêts des «gens de peu»(Pierre Sensot), ce n’est pas seulement donner d’autres réponses aux questions dominantes, c’est apprendre à inventer d’autres questionnements, c’est donc ouvrir le système.

Il est aussi rédacteur en chef de la revue « Les Z’indignés », journal des objecteurs de croissance amoureux du bien vivre (le buen-vivir d’Amérique du Sud, ):
parce que la crise est l’occasion de démentir tous ceux qui rêvaient d’une société d’abondance, apprenons à vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins et à devenir des «partageux».

« Toute société est fondée sur un Interdit structurel : la monarchie a ainsi fait du régicide le crime absolu ; la bourgeoisie a ensuite élevé le respect de la propriété privée au
rang de tabou ; l’interdit de la gratuité est désormais ce qui fait système et suture la société de l’hypercapitalisme.
C’est pourquoi contrairement aux autres sociétés marchandes qui ont toujours toléré un secteur gratuit (religieux ou laïc), l’hyper-capitalisme, fondé sur la « vénalisation »
du marchand, ne peut que sacrifier la gratuité.
Nos anciens ont dû guillotiner Louis XVI, Proudhon a martelé que « la propriété, c’est le vol », c’est désormais de la défense de la (quasi)gratuité que nous devons partir
pour espérer fissurer l’édifice et élargir, peu à peu, cette fissure au point d’en faire société. »

Le site de Paul Ariès

À l’heure du néolibéralisme qui transforme tout en marchandise, en argent, en
profit, les notions de gratuité, de service public, de
bien commun sont devenues des idées à contre
courant. La défense de l’accès égal pour tous à des
services comme l’éducation, la santé est plus que
jamais d’actualité.

L’enjeu ? Une société solidaire,
démocratique, égalitaire.

La pollution liée aux transports est un facteur nocif
sur la santé publique (100 à 200 morts par an dans
l’agglomération grenobloise). Le transport représente 27 %des gaz à effet de serre.
Développer les transports publics est un moyen important pour lutter contre le
réchauffement climatique. C’est pourquoi la gratuité des transports publics est une
idée juste et urgente. Nous vous proposons d’en débattre.

Salle Fernand Texier – 163, avenue Ambroise Croizat

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *