Dunkerque : la gratuité des bus met à l’épreuve les idées reçues

Print Friendly, PDF & Email

Les premiers résultats de l’étude menée par les chercheurs de l’association VIGS viennent d’être communiqués par le magazine URBIS. Le rapport final devrait être publié au mois de septembre.

Les chiffres relatifs au report modal – le changement d’un mode de transport pour un autre – étaient particulièrement attendus. Ils sont sans appel : la voiture particulière est le mode de transport le plus délaissé par les nouveaux usagers du bus gratuit.

Pour 80 % des nouveaux usagers, la gratuité a été l’élément déclencheur

A Dunkerque, 80% des nouveaux usagers désignent la gratuité comme le principal élément déclencheur de leur changement d’habitude : ils citent des raisons économiques ou évoquent des notions liées à la simplicité, la liberté que représente une telle mesure.

Si la gratuité a un fort  impact sur la fréquentation, la qualité du réseau doit aussi répondre aux attentes des usagers. Le réseau de bus a donc été fortement amélioré avec cinq lignes Chrono à dix minutes de fréquence. Les responsables comptent sur la qualité de l’offre et la gratuité pour atteindre l’objectif de doubler la part modale du bus dans cette agglomération culturellement très attachée à la voiture.

48 % des nouveaux usagers du bus prennent moins leur voiture

Sur les 2000 personnes interrogées, la moitié ont déclaré être de nouveaux usagers et près de la moitié de ceux-ci ont dit avoir abandonné les voiture.

Très peu de report du vélo sur le bus

Dans l’agglomération dunkerquoise, la pratique du vélo est relativement faible et très dépendante de la saison avec une part du vélo de 2 % en moyenne. Seul 5,7 % déclarent utiliser le bus pour des trajets qu’ils réalisaient auparavant à vélo.

L’usage des transports en commun favorise la marche

Environ 10 % des nouveaux usagers déclarent utiliser le bus pour des déplacements qu’ils réalisaient à pieds avant. Pour une majorité (68 %) les usagers  déclarent aucun changement, mais les anciens automobilistes affirment marcher d’avantage.

Reportage France-Info

Articles relatifs à l’étude :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *