Lettre ouverte au Président du SMMAG

Gratuité et développement des transports publics, réponse à la crise sociale, sanitaire et environnementale

Le 20 mai, jour du Conseil du SMMAG, le Collectif a remis une lettre ouverte aux élus arrivant à la réunion. 

Monsieur le Président du SMMAG,

La direction du SMMAG a décidé de mettre en place de nouvelles réductions de l’offre de service du réseau de transports publics de l’agglomération grenobloise.

Comme nous vous l’avons indiqué dans notre précédent courrier, nous considérons que ces décisions de réductions font courir un danger d’amoindrissement durable des transports collectifs dans l’agglomération grenobloise. Or les transports collectifs sont un élément essentiel pour faire face aux énormes enjeux sociaux, sanitaires et environnementaux. C’est une des clés pour construire la société de demain.

Nous demandons aux collectivités locales (Métropole et Département) de fournir à la SEMITAG les moyens financiers de mener son activité malgré la crise sanitaire et les restrictions de déplacement liées à la politique de protection de la santé publique menée par le gouvernement.. Nous estimons que les élu.es du SMMAG et de la Métropole doivent interpeller avec force l’État pour qu’il compense les pertes de recettes liées à la crise COVID.

Assurer la pérennité de la SEMITAG est très important, mais cela ne suffit pas.

Il nous paraît nécessaire d’insister sur le fait que nous faisons face à une crise sociale, sanitaire et environnementale de première ampleur. Il est très important pour notre avenir que les objectifs de la COP21 soient tenus. Or le secteur des transports représente 30 % du total des émissions de gaz à effet de serre. Le nombre de pauvres et de précaires a beaucoup augmenté. En 2021 on peut craindre que le nombre de personnes en-dessous du seuil de pauvreté atteigne les 12 millions.

A rebours de la politique menée, il faut développer massivement l’offre en matière de transports ferroviaires et de transports collectifs, et se donner les moyens pour changer en profondeur les habitudes de transport des habitant.es. Par ailleurs, la gratuité des réseaux du SMMAG permettrait d’instaurer un vrai droit à la mobilité pour toutes et tous. Ce serait un effort de solidarité pour que personne ne soit laissé de côté, pour une autre manière de vivre et partager la ville.

Dans ce contexte d’urgence sociale et environnementale, il nous semble économiquement possible et socialement juste de demander une taxation supplémentaire des entreprises, en portant à 3% le taux du Versement Mobilité. Nous demandons à la Métropole grenobloise de porter auprès de l’État la demande d’une augmentation significative du Versement Mobilité.

Malgré la crise, la Métropole de Montpellier a mis en place la gratuité des transports publics le week‑end avec l’objectif d’une gratuité totale à mi‑mandat, pour protéger l’environnement en incitant aux changements de comportement sans pénaliser les plus fragiles.

Ce que la Métropole de Montpellier a fait, la Métropole grenobloise peut le faire. Nous refaisons notre demande que la gratuité des transports publics le week-end soit mis en œuvre au plus tôt, comme l’avait envisagé le SMMAG en début 2020, avec l’objectif d’une gratuité totale.

Nous sommes bien entendu disponibles pour tout échange qui vous semblerait utile.

Veuillez croire, Monsieur, en notre mobilisation pour le développement et la gratuité des transports publics.

Collectif pour la gratuité des transports publics

(CGT, FSU, Solidaires, ATTAC, Ensemble! Isère, Generation.s, La France Insoumise, NPA, PAG38, PCF)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.