Pics de pollution : les abonné.es demandent justice

Print Friendly, PDF & Email

Lors des pics de pollution de niveau 2, les tickets de transports TAG, TER, Bus Voironnais et Grésivaudan sont valables toute la journée pour les voyageurs occasionnels puis au troisième jour les transports en commun sont totalement gratuits. Cependant ces jours de gratuité ponctuelle ne s’appliquent pas aux abonnés créant ainsi une distorsion entre les usagers occasionnels et les usagers réguliers avec abonnement.

Un de nos lecteurs a donc envoyé une réclamation à la SEMITAG, la société de transports de la Métropole grenobloise :

Madame, Monsieur,

Par la présente je vous demande de prendre en compte un principe de base, l’équité, pour traiter vos abonnés comme les autres usagers des transports TAG.
Cet été, du fait de la pollution consécutive aux grosses chaleurs, vous avez consenti des tarifs réduits allant jusqu’à la gratuité.
Vos abonnés continuaient à être prélevés au tarif mensuel.

Je vous demande donc, soit de prolonger mon abonnement, soit de consentir une réduction, pour appliquer l’équité de tarification soit le bénéfice des réductions du coût des transports aux abonnés.

Dans cette attente …

Voici la réponse du service relations clients :

Cher Monsieur,

C’est avec la plus grande attention […] vous souhaitez un dédommagement suite aux mesures de gratuité mises en place du 27 juin au 2 juillet 2019.

[…] lorsque les mesures de l’air atteignent un certain seuil de pollution atmosphérique, des actions visent à réduire l’utilisation des véhicules personnels en favorisant notamment l’utilisation des modes de transports plus respectueux de l’environnement.

La gratuité […] est faite pour inciter les automobilistes à laisser leur voiture et prendre les transports en commun afin de faire baisser le taux de particules dans l’atmosphère. […] il n’est pas envisagé d’accorder un dédommagement pour les abonnés.

En espérant …

En somme, les usagers vertueux qui utilisent les transports en commun régulièrement sont priés de passer à la caisse tandis que l’automobiliste lambda, lui se voit offert la gratuité de ses déplacements en transports en commun, le temps des pics de pollution.

  1. La première remarque qui s’impose est que les pouvoirs publics sont conscients que la gratuité est un outil pour lutter contre la pollution.
  2. Deuxièmement il est prouvé que c’est la pollution endémique (permanente) qui est le plus nuisible à la santé, et qu’en luttant contre la pollution endémique on lutte également contre les pics de pollution. Étant donné qu’il vaut mieux prévenir que guérir, il serait donc logique d’instaurer la gratuité permanente pour tous. Il est toujours utile de rappeler que l’usage des transports en commun bénéficient aussi à ceux qui ne les prennent pas.
  3. La gratuité pour tous est donc un bon moyen de répondre aux défis environnementaux et en même temps d’instaurer l’égalité entre tous les citoyens.

 

2 thoughts on “Pics de pollution : les abonné.es demandent justice

  1. Pierre-Louis GOIRAND -phase3

    J’ai râlé aussi auprès de la Tag pour les pics de pollution et j’ai eu exactement la même réponse (Copié-collé ???)
    Non à Grenoble, les TC ne sont pas gratuits : pour moi 57,90€ l’abonnement mensuel et ça augmente encore ce 1er septembre en passant à 59,90 !
    Je pense que la gratuité du réseau TAG sera un sujet fort pendant les municipales de 2020.

    Reply

Répondre à Pierre-Louis GOIRAND -phase3 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *