Pétition pour la gratuité des transports publics dans l’agglomération grenobloise

La gratuité des transports publics peut modifier la vie quotidienne. Elle peut contribuer à augmenter la vie culturelle et les loisirs. Elle favoriserait le lien social, et réduirait les incivilités dans les transports en commun. Elle aiderait financièrement les personnes à bas et moyens revenus. Elle permettrait d’améliorer le pouvoir d’achat des familles. Elle réduirait les discriminations en aidant les personnes vivant dans les quartiers périphériques les plus démunis à sortir de leur isolement.

La gratuité des transports publics devra s’accompagner d’un progrès social pour les salariés des entreprises concernées, dans de nouvelles missions à définir et négocier avec eux. La disparition des contrôles et de la billetterie, c’est moins de stress et une amélioration des conditions de travail. Pour couvrir les besoins liés à l’augmentation prévisible de la fréquentation, il faudra embaucher plus de personnel (chauffeurs).

L’instauration de la gratuité lors des pics de pollution montre déjà l’urgence de l’usage des transports en commun. La gratuité contribuerait à diminuer la pollution atmosphérique que provoque l’usage de l’automobile (gaz à effet de serre, particules fines). La gratuité des transports publics contribuerait à améliorer l’environnement en diminuant les nuisances sonores, les embouteillages, les accidents, en incitant les personnes à laisser leur automobile au profit des transports publics. Elle permettrait de remplacer des parkings par des espaces verts.

La gratuité des transports publics peut être rapidement mise en œuvre. Les transports publics sont déjà financés à 85 % par l’agglomération, le conseil général et les entreprises, par le biais du versement transports. La part des recettes correspondant à la vente des billets pourrait être aisément compensée, d’une part par la disparition des guichets et du coût d’entretien de la billetterie, d’autre part par une ou des subventions de la part du conseil général ou de l’état, par réorientation de subventions inutiles, ou de crédits alloués aux transports individuels polluants.

Nous demandons donc au conseil communautaire de la communauté d’agglomération de Grenoble, aux conseils municipaux des communes de l’agglomération, et au conseil général de l’Isère, de mettre à leur ordre du jour la question de la gratuité pour tous des transports publics de l’agglomération grenobloise. Nous demandons la réaffectation de subventions coûteuses au profit du financement de cette gratuité. Nous demandons aux élus de ces conseils qu’ils portent au niveau national la question du relèvement du plafond du versement transport, afin de faciliter la mise en œuvre de la gratuité des transports publics par son financement par les entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *